Robert Fritz contre la pensée positive

Dans son livre sur la créativité « Le chemin de la moindre résistance », Robert Fritz passe en revue les différentes méthodes généralement utilisées en face d’un conflit structurel.
Une méthode fréquente, celle qui est enseignée dans les écoles et prônée par les institutions et qui se résume par « Ne pas faire de vagues » est la recherche de l’équilibre en se maintenant dans la zone de « conflit tolérable ».
Une autre consiste à motiver les gens en produisant une pression qui nécessitera une action pour la résoudre. Je la vois en oeuvre à chaque instant dans mon milieu de travail où ce sont les échéances à tenir (une réunion, un rapport) qui vont faire bouger les choses. Temporairement. Fritz appelle cela « Manipulation du conflit ». Toutes les méthodes qui induisent culpabilité, peur ou pitié en font également partie. Les techniques de pensée positive qui consistent à tromper son esprit en lui répétant des formules spécifiques en font partie.
Exemple :
– L’univers me soutient
– Je m’aime aujourd’hui, maintenant et pour toujours…
Qu’est-ce qui ne va pas avec la pensée positive ? « La vérité », répond Fritz.

La pensée positive est une stratégie de pouvoir de la volonté destiné à aider les gens à exercer un pouvoir sur eux-mêmes qui est une sorte d’auto-manipulation.

Si elle peut donner des résultats sur le court terme, avec le temps, cette méthode devient épuisante. Elle va renforcer le sentiment d’impuissance.
Il n’y a rien de plus déresponsabilisant que la Pensée positive, dit Fritz.

Quant à l’orientation créative, elle n’est pas « une solution » aux problèmes de la vie, elle est seulement la meilleure méthode pour créer les résultats que vous voulez dans votre vie.

Facebooktwitterpinterestlinkedinmailby feather

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.