L’ennui comme forme de haine de soi

L’ennui implique une négligence et un rejet délibéré et généralement inconscient d’aspirations non développées chez nous-mêmes. Vouloir l’impossible et produire un manque en refusant ce qui est possible est la substance de l’ennui.

On arrive à ce stade en refusant de nourrir des aspects non partagés de soi-même. L’ennui ne peut tout simplement pas exister quand on est engagé activement dans le processus de croissance continue en reconnaissant et en développant de vraies ressources en soi-même. Mais pour cela le respect de soi est nécessaire. C’est à dire le respect de tous les aspects du soi. L’ennui représente le rejet de ses intérêts et possibilités. Il vient de la négligence des ressources réelles.

Théodore Rubin cite également l’exemple d’un homme qui se sentait idiot.

C’était une façon de se sentir coupable pour avoir nourri le soi, pour avoir le courage de le faire tout simplement pour le plaisir, sans la rationalisation de le faire pour gagner de l’argent.

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedinmailby feather

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.