Les superlatifs comme forme de haine de soi

Rubin cite Karen Horney au sujet d’une vision manichéenne du monde. Ce type de vision en noir ou blanc est, dit-il, plus qu’une réalité déformée. C’est définitivement une forme de haine de soi.

Devoir être le plus génial nous garde dans un état de poursuite impitoyable de l’impossible. Devoir avoir absolument raison nous fait nous sentir avoir absolument tort la plupart du temps…
Refuser d’accepter la complexité de la condition humaine et ses nombreuses ombres et paradoxes empêche l’acceptation de soi et l’acceptation de la réalité.

Bonne nouvelle, nous arrivons à la fin de la première partie du livre « Compassion et haine de soi » et nous allons bientôt entrer dans le domaine de la compassion.

La compassion est le seul antidote de la haine de soi, et la seule prérogative humaine, et alternative au désespoir neurotique.

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedinmailby feather

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.