John Woolman ou le leadership par persuasion

Robert K. Greenleaf, dans son livre Servant Leadership, rend hommage à John Woolman.
Tout jeune, celui-ci s’est fixé pour but d’éradiquer la terrible pratique de l’esclavage de sa société chérie des Quakers.
Il est difficile de nos jours d’imaginer que les Quakers (la société des amis), qui prônent la simplicité et l’égalitarisme, aient pu avoir des esclaves !
Pendant 30 ans, John Woolman a arpenté la côte Est des Etats-Unis à pied et à cheval, en visitant les possesseurs d’esclaves et en leur posant de simples questions :
– qu’est-ce que le fait de posséder des esclaves implique pour vous en tant que personnes d’un point de vue moral ?
– quel type d’institution transmettez-vous à vos enfants ?
Petit à petit, à force de persuasion douce, mais claire et persistante, il a pu convaincre ses interlocuteurs qu’un mal pouvait être redressé par une action volontaire.
Les Quakers ont aboli l’esclavage dans leur communauté en 1770, avec près d’un siècle d’avance sur le 13ème amendement* de la constitution américaine.
*qui abolit l’esclavage en 1865

Facebooktwitterpinterestlinkedinmailby feather

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.