La fierté blessée et la haine de soi

Les blessures d’amour propre, les humiliations peuvent conduire à la rage et à une forme extrême de haine de soi : le meurtre.
La fierté excessive, selon Karen Horney, est une façon de se protéger du sentiment d’être diminué.
J’ai déjà observé chez quelqu’un de doux et d’un peu dépressif, un mot, un geste, une intonation qui m’ont donné l’impression d’avoir devant moi un serial killer en puissance.

Toute poussée d’orgueil neurotique expose la victime aux aspects de lui même qu’il déteste le plus et qu’il craint le plus et qui génère le maximum de haine de soi. Rencontrer subitement la haine de soi est intolérable, et la projection sur la personne qui semble en être la cause peut résulter en crime passionnel.

dit Théodore Rubin en explorant les formes les plus extrêmes de haine de soi.

C’est pourquoi dans toute communication, il faut toujours être vigilant à ne pas humilier son interlocuteur.
L’humiliation provoque la haine, peut-être en réveillant la haine de soi.

C’est sans compter les petits meurtres que l’on s’inflige à soi-même sur une base quotidienne. Nous nous « assassinons » quand nous invoquons des processus de haine de soi et quand nous annihilons notre potentiel pour apprécier les bons côtés de la vie de façon réaliste ».

Facebooktwitterpinterestlinkedinmailby feather

Un Commentaire

  1. J’ai envie d’ajouter que ce point est très important dans le domaine du leadership, où on rencontre fréquemment chez les autres cet orgueil excessif qu’il faut à tout prix prendre en compte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.