Festen ou la libération des peurs

Voici une méthode franco-française qui s’applique particulièrement bien aux générations marquées par la guerre d’Algérie. Les horreurs de la guerre ont éteint nos pères, les transformant en « pères vides », incapables d’offrir la sécurité dont chaque enfant a besoin. André Charbonnier décrypte les grandes problématiques de notre temps. Il a inventé et appliqué sur lui-même une cérémonie de libération des peurs nommée Festen, d’après le film danois du même nom.
Dans le Festen, on dit symboliquement leurs quatre vérités à nos parents et aux autres personnes qui nous ont fait souffrir. C’est une sorte de rite de passage fait devant témoins, où l’on se déclare à la fin libéré de toutes les peurs.
Ensuite, il va falloir informer le mental de cette liberté retrouvée, et mettre en place des programmes délibérés qui vont remplacer nos programmes par défaut. Exemple, c’était plus fort que moi de me lancer à corps perdu dans les projets des autres, au lieu de réaliser mes propres projets. Ensuite, on traite les enfants traumatisés qui sont restés bloqués, on apprend à se dés-identifier des émotions afin de se reconnecter avec notre intuition. Des synchronicités apparaissent, des situations cessent. On travaille son pouvoir, on ne lâche rien, on s’élève en conscience et on le dit.

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedinmailby feather

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *