La théorie U, un outil de développement collectif

Extraits d’une discussion entre Otto Scharmer (le père de la Théorie U) et Ken Wilber (le père de la Théorie Intégrale)

Ken : Je pense que c’est là une pièce manquante du puzzle « intégral ». Avec la théorie AQAL, vous avez une vue de 15 000 mètres d’altitude, mais avec le processus en U, vous avez une vue de la microtexture. C’est une vraie phénoménologie à la première personne de ce qui se passe lorsque vous parcourez ce processus génial. Cela signifie que si vous pouvez enseigner à quelqu’un comment être l’agent du changement le plus efficace au stade où il se trouve.
Otto : C’est exact.

Ken : Je parle de transformation verticale : plus vous plongez dans des états de conscience que vous ne pouvez interpréter à votre stade actuel, plus cela vous aide à vous transformer rapidement vers des stades plus élevés. C’est pourquoi la méditation vous aide à avancer de façon permanente vers des états plus hauts. Je pense que l’application répétée de quelque chose comme le processus en U causerait une transformation certaine.
Otto : C’est juste.

Otto : Cela se corrèle bien avec ce que j’ai expérimenté moi-même et avec de que j’ai vu lorsque d’autres personnes parcourent le U.

Ken : Le processus en U est une technologie qui peut conduire les gens à apercevoir leurs propres possibilités au stade où ils sont. Ensuite, l’application créative de tout cela peut les aider à se transformer vers un stade plus élevé. C’est une technologie fantastique pour accélérer le processus de développement des gens vers leur potentiel ; ils commenceraient à le discerner à partir de l’écume chaotique du futur qui pourra alors être incarné et institutionnalisé. En fait, vous faites advenir le futur.
Otto : Oui, à 100%.
Ken : Super !

Otto : Nous savons que la méditation fait quelque chose de bien pour les individus et nous savons qu’il nous faudrait quelque chose de similaire au niveau collectif. Et donc : Quelles sont les pratiques collectives pour se développer ? A quoi est-ce qu’elles ressemblent ? Comment pouvons-nous inventer un nouveau corpus de pratiques de développement ?

Otto : De plus, il nous faut considérer le contexte social. J’ai vu des transformations majeures et des changements se produire quand vous aidez les systèmes collectifs à développer une vision et un ressenti partagé de ce qui se passe dans des circonstances données – voir et ressentir permet au collectif d’être conscient de ce qui veut émerger.
Ken : A travers le système complet.
Otto : Oui. Et cet ensemble partagé de vision et de ressenti ouvre un nouvel espace qui entraîne un déplacement subtil du champ collectif. Et ce champ collectif lui-même devient une porte vers le développement individuel.
Ken : Oui. C’est ce mystérieux « nous » qui a une vie propre.
Otto : Et ce nous devient une porte.
Ken : Exactement. Et si cet ensemble résonne à un niveau plus haut que certains individus du groupe à un moment donné, alors il tire ces personnes vers le haut.
Otto : C’est juste.

Ken : Ce que vous faites pourrait s’appeler « du travail conscient » ; c’est élever la conscience dans un environnement de travail ou des affaires – une sorte de yoga inter-subjectif. Est-ce correct ?
Otto : Absolument.

Source : Presencing Institute

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedinmailby feather

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *